Claims Canada
Feature

La Plume du Président


March 4, 2018   by Monica Kuzyk, President, ACEI


Print this page

Nous ne nous qu’à quelques semaines des élections provinciales ontariennes. Les libéraux de l’Ontario sont au pouvoir depuis près de 15 ans. Selon un article de la CBC publié en 2017, seulement trois partis provinciaux sont restés au pouvoir plus longtemps que les libéraux de l’Ontario.

Les résidents de l’Ontario ont plusieurs problèmes importants à considérer dans le cadre de ce cycle électoral : le salaire minimum, les tarifs d’électricité, les tarifs de l’assurance automobile et les infrastructures (changements climatiques, transit). Pour l’industrie de l’assurance, l’assurance automobile et les changements climatiques sont des questions pertinentes et très à propos.

Le gouvernement libéral de l’Ontario continue de réduire les primes d’assurance en luttant contre la fraude, en examinant les facteurs de risque utilisés par les assureurs pour calculer les primes et en respectant les recommandations énoncées dans le rapport Marshall d’avril 2017. Le rapport renforce la nécessité de s’assurer qu’au moment de la réclamation, les dollars d’assurance vont aux personnes blessées plutôt qu’aux processus d’évaluation et de règlement des différends. Bien que les opinions de l’industrie varient, la plupart des gens croient que le système d’assurance automobile équitable pourrait permettre de stabiliser l’assurance automobile et répondre aux préoccupations du public.

Monica Kuzyk, President, Canadian Independent Adjusters’ Association

Le Nouveau Parti démocratique promet que les conducteurs de l’Ontario auront droit à des économies de 15 pour cent, tout en gardant leurs avantages. Il promet également de s’attaquer aux inégalités régionales en matière d’assurance automobile qui, dit-il, «affectent de manière disproportionnée les communautés à faible revenu et racialisées, et continuent de mener à une plus grande accessibilité».

Le Parti progressiste-conservateur promet également de mettre fin à la «discrimination géographique» en matière d’assurance automobile, tout en ne permettant pas aux compagnies d’assurance d’augmenter les taux dans d’autres parties de la province. En outre, ils veulent lutter contre la fraude et les conducteurs non assurés.

Les phénomènes météorologiques violents tels que les inondations, les feux de forêt et les microrafales sont de plus en plus graves et fréquents. Ces événements surmènent les infrastructures essentielles et deviennent des tragédies économiques pour les propriétaires et les collectivités. Reconnaissant que les changements climatiques ont déjà des répercussions durables sur les collectivités de l’Ontario, l’industrie de l’assurance a fait pression pour améliorer la planification, mieux comprendre les vulnérabilités régionales et rendre les infrastructures plus résilientes.

The Liberal government’s Long- Term Infrastructure Plan was released in November 2017 and provides $190 billion in public infrastructure investment over 13 years. The focus is on life-cycle assessments as part of planning and an improved decision-making framework to ensure appropriate land-use planning and robust infrastructure.

Le plan d’infrastructure à long terme du gouvernement libéral a été dévoilé en novembre 2017 et prévoit un investissement de 190 milliards de dollars dans les infrastructures publiques sur 13 ans. L’accent est mis sur les évaluations du cycle de vie dans le cadre de la planification et sur un cadre décisionnel amélioré pour assurer une planification appropriée de l’utilisation des terres et une infrastructure robuste.

Le Nouveau Parti démocratique souligne son engagement à mettre à jour la Charte des droits environnementaux de l’Ontario, et à veiller à ce que les produits de la tarification du carbone aident les régions les plus touchées par les changements climatiques.

Dans leur vision, «La garantie du peuple», les progressistes-conservateurs promettent d’injecter 5 milliards de dollars dans la construction de métros dans la Région du Grand Toronto. De plus, ils «respecteront les engagements actuels en matière de service ferroviaire de GO Transit toute la journée, dans les deux sens, et de réalisation de projets déjà en cours», comme le train léger sur rail (TLR) à Hamilton, Kitchener-Waterloo et Ottawa. Ce document présente également des initiatives visant à nettoyer les Grands Lacs et à prendre des mesures contre le déversement d’eaux usées dans les lacs et les cours d’eau. Ils visent à annuler le Plan d’action sur les changements climatiques et à se retirer de la Western Climate Initiative. Au lieu de cela, ils vont opter pour l’appui fédéral relativement au prix du carbone.

Une élection est l’occasion pour les citoyens de déterminer le chemin vers l’avenir. Les élections sont de plus en plus définies par les dirigeants plutôt que par des idées ou des politiques. Au cours des prochaines semaines, les dirigeants de chaque parti s’efforceront d’établir des liens avec les résidents de l’Ontario et de partager leur vision d’un Ontario meilleur. Alors que le processus électoral est bien en cours, nos téléviseurs et flux de médias sociaux seront remplis avec les dernières informations, idées et scandales politiques

Depuis 2016, nous avons appris que la démocratie est vulnérable. Au Canada, nous sommes confrontés aux mêmes risques que les autres pays; ceux qui sont au pouvoir utilisent les mêmes services de médias sociaux et les mêmes systèmes de vote qui sont de plus en plus vulnérables aux interférences numériques.

Stewart Prest, un politologue de Vancouver, nous rappelle que : «Le Canada et les autres pays doivent se préparer aux opérations à l’étranger et mettre de l’ordre dans leurs maisons démocratiques. Maintenant, il est temps d’agir. Nous avons besoin de processus rationalisés et fiables pour informer le public lorsque des opérations d’information étrangères sont en cours. Nous avons besoin de réformes sérieuses des dépenses de campagne et d’autres réglementations électorales pour contrer l’interférence numérique des acteurs étrangers. Nous avons besoin de plateformes médiatiques pour mieux lutter contre les discours haineux et le harcèlement en ligne. Les Canadiens doivent aussi se préparer à des campagnes qui chercheront à nous dresser les uns contre les autres.»

Il peut être accablant de penser que la démocratie canadienne est en péril. Cependant, cela ne devrait pas nous empêcher de nous rendre aux urnes au mois de juin. En fait, cela devrait nous encourager à exercer notre droit avec plus d’enthousiasme que jamais auparavant, sachant que dans les pays moins fortunés, les citoyens font la file pendant des heures pour voter dans le cadre d’élections démocratiques. En Ontario, la plupart des employeurs accordent du temps aux employés pour voter – nous n’avons aucune excuse. Il est de notre responsabilité absolue d’écouter, d’apprendre, de nous impliquer, de poser des questions sur les enjeux qui nous concernent et ensuite, avec une grande fierté, d’agir, de sortir et de voter..  ?

Salutations,

Monica Kuzyk


Print this page

Related


Have your say:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*